AccueilAccueil  MembresMembres  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

CARTE

Règlement
Contexte


WANTED

Fiche De Présentation
Tout Sur Les Membres


Postes Vacants & PNJ
CONTEXTE

Il était une fois, le monde des sorciers, l'école Poudlard...


Au temps des Maraudeurs...




 

 Dawn +°+ Quand le passé vous rattrape

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
avatar
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Dawn +°+ Quand le passé vous rattrape   Mar 29 Nov - 21:32

Dawn O’Sullivan
Feat : Rachel McAdams



Age : 25 ans
Métier : Propriétaire/Gérante de Derviche et Bang
Sorcier : [X] Humain [ ] Vampire [ ] Loup Garou
Sang : [ ] Pur [ ] Mêlé [X] Né Moldu

Remarque(s) Particulière(s)


Personne n'a réussi à lui faire dire le nom du père de sa fille



Description


  • Caractère : Un vrai petit rayon de soleil ! C’est bien comme ça que beaucoup de gens la décriraient. Toujours de bonne humeur, prête à aider tout le monde, elle est sociable et serviable. Les gens de son entourage apprécient sa présence et la recherchent. Intelligente, elle sait écouter les gens et donner souvent des conseils avisés malgré son jeune âge. Elle est très compréhensive et toujours à l’écoute de tout le monde, avec l’honnêteté qu’il faut, mais sans jamais avoir un mot trop haut ou trop bas envers une personne.
    Elle est aussi extrêmement loyale et lorsqu’elle donne sa parole, on peut être sûr qu’elle la tient.


  • Physique : Elle est blonde, mais c’est une fausse blonde. De naissance, elle était en réalité rousse. Mais dès qu’il a fallu fuir à cause de la guerre, elle a teint ses cheveux dans un joli blond doré. Les gens de sa famille répètent qu’ils la préfèrent en rousse, mais elle ne veut rien entendre. Elle affirme que sa rousseur les souvenirs de la guerre et de sa fuite, alors elle reste blonde. Elle a un joli sourire et des fossettes qui se creusent sur ses joues lorsqu’elle en fait cadeau à quelqu’un. Ses yeux bleu/vert pétillent toujours de malice et son joli nez rond lui donne parfois un air enfantin.
    Elle n’est pas très grande, loin de là, mais elle a un joli corps bien dessiné, ni trop mince, ni trop rond, elle a de jolies courbes placées où il faut.




Histoire


  • Familiale :
    Sa mère, Amy, était la descendante de la plus grande maison d’édition anglaise, son père, Connor, le 5e fils d’une famille de paysans pauvres irlandais. Rien ne les destinait à se rapprocher et pourtant, une certaine magie opéra lorsque la jeune femme le vit s’occuper des champs lors d’un voyage d’affaires avec sa famille. Entre eux, ce fut le coup de foudre, malgré l’opposition des parents.
    La famille Jones, de la maison d’éditions tenait à assurer à sa fille un brillant avenir, avec un homme qui saurait pourvoir à tous ses besoins. Que pouvait en savoir ce pauvre paysan irlandais ?

    Apparemment plus qu’ils le pensaient... Ils finirent par se marier et eurent un enfant, leur fils Shane.
    Pendant tout ce temps là, ils empruntèrent de l’argent, pour placer une petite pâtisserie pour laquelle Amy cuisinait et Connor servait. En gérant l’entreprise correctement, elle se mit à grandir. Une fois qu’ils furent débarrassés de leur dette et purent vivre convenablement, ils décidèrent d’avoir un autre enfant. Dean naquit 5 ans après son frère et en même temps que la famille s’aggrandit, l’entreprise familiale aussi.

    Grâce aux placements opportuns de Connor, leur fortune grandit et leurs ambitions aussi. Même si la jeune maman était heureuse avec sa pâtisserie, son vrai rêve avait été d’ouvrir un restaurant, ce qu’ils firent. Et on ne sut jamais si c’était du à l’excellente cuisine, peut-être à la bonne publicité ou à l’ambiance chaleureuse du lieu, mais le restaurant décolla. Il devint rapidement celui dont on entend parler partout, celui que les gens adoraient.

    Cela ramena ceux qui s’étaient éloignés toutes ces années, les Jones. Lorsqu’ils retournèrent vers leur fille, celle-ci était déjà enceinte de son troisième enfant et n’en avait plus que pour deux mois de grossesse. Elle savait qu’elle attendait sa fille et s’en réjouissait et c’est pour ses enfants qu’elle se réconcilia avec ses parents : Avoir un héritage pour eux, une valeur assurée, c’était le plus important.

  • Personnelle :Et c’est ainsi que je naquis, deux mois plus tard, moi, Dawn O’Sullivan. J’avais 4 ans de différence avec Dean et 9 avec Shane. C’était beaucoup, et c’est peut-être pour ça qu’ils m’aimaient autant. Je me souviens bien sûr très bien de mes parents, mais je sais que c’était surtout mes frères qui me couraient après lorsque j’étais enfant. Il fallait comprendre qu’on passait peu de temps à l’appartement, juste le temps qu’on finisse l’école. Après, on filait chacun à nos activités respectives et on allait au restaurant, où on courait dans les pattes de nos parents.

    Enfin, pas tout à fait courir dans les pattes de nos parents. Très tôt, ils nous ont appris qu’on devait être présents et aider, que c’était le business familial. Je ne me souviens pas à quel âge j’ai fait mon premier service, mais je me souviens des rires des gens attablés, car j’étais à peine plus grande que la table et je prenais chaque assiette à deux mains en la regardant comme si ma vie entière y était déposée.

    C’était une habitude, quand on avait un moment de libre, on travaillait pour le restaurant. Dean et Shane aussi, mais pour Shane, c’était un vrai plaisir. De ma mère, il avait hérité ce plaisir inné pour la cuisine et ce palais et cet odorat qui lui permettait d’y faire ce qu’il voulait. Dean était plus comme mon père, ce qui l’intéressait, c’était la gestion et le contact humain. Et moi, j’étais trop jeune pour vraiment faire la différence, alors je faisais les deux et je voyais les deux.

    Notre restaurant n’était pas seulement connu et apprécié, il marchait aussi extrêmement bien. Malgré l’absence d’études de mon père, malgré son inexpérience, on devint rapidement une famille fortunée et on put se permettre des choses que nous n’aurions jamais crues possible. On devint presque snobs. En fait on aurait sûrement pu le devenir, si mes parents n’avaient pas cherché à tout instant de nos vies à nous inculquer l’humilité et la reconnaissance pour ce qu’on avait.

    A quatre ans donc, je commençai la boxe, suivant l’exemple de mes frères, mais surtout la guitare et le piano. J’adorais ces activités. Ma vie était chouette. J’allais à l’école, allais en cours de boxe, guitare et piano, puis partais au restaurant, aider, être avec ma famille. On passait tous nos étés en Irlande, dans les pays des fées dans une contrée reculée. J’y appris le gaélique, en plus de l’anglais qu’on parlait à la maison et du français que ma mère tenait à tout prix à nous enseigner.

    Mais à 9 ans, il se passa un évènement étrange. J’étais au restaurant, entrain de faire le service, comme souvent. Heureusement, j’étais encore en cuisine. C’est pour ça que je ne m’attendais pas à voir ce petit chien de rien du tout arriver, me filer entre les pieds et me faire tomber. Tout ce dont je me souviens après, c’est de voir les plats filer des pommes de terre voler et un steak à la verticale… Figé. Tout s’était arrêté autour. Enfin, non, pas tout, juste mon plateau. Je rattrapai tout, sous le regard de mes deux frères et ma mère, qui étaient les seuls à avoir vu.

    On chercha ce que cela pouvait être, puis on oublia, c’était mieux d’oublier… Jusqu’à cette lettre qui arriva et changea le cours de nos vies. On était perdus, on ne savait pas trop quoi faire et cela changeait tous les projets qu’on avait pu faire. J’étais terrorisée, je ne voulais pas y aller. Mais je n’avais pas le choix. J’y allai, je me sentais agressée de partout, trop d’informations, trop à faire, mais finalement, ça me plaisait.

    Malheureusement, on apprit plus ou moins à cette période là que ma mère était atteinte d’un cancer. Elle lutta contre lui pendant deux ans, mais finalement, il l’emporta. Cela en choquera certains, mais j’étais rassurée. Je voulais qu’elle soit en paix, je voulais qu’elle soit tranquille. Et c’était ce qui comptait. Bien qu’elle me manque, je savais qu’elle était tranquille, parce qu’elle ne souffrait plus et elle nous savait en de bonnes mains, mes frères à l’université et moi à Poudlard.

    Je me fis beaucoup d’amis, je rencontrai beaucoup de gens. Je passai vraiment de bonnes années là-bas. Je me fis même un ami secret, mais je n’ai pas l’autorisation de dévoiler son nom. J’étais amoureuse de ce garçon… Sans pour autant qu’il y ait quelque chose entre nous… jusqu’à la fin de la sixième année. Je ne sais pas ce qui me prit, ce qui lui prit, peut-être qu’on espérait les deux. On finit ensemble cette nuit là et la semaine qui suivit me vit plus heureuse que jamais… Jusqu’à ce que je découvre la vérité et que je voie que finalement, les gens ne changent peut-être jamais.

    Je quittai Poudlard à la fin de cette année là, sachant que je n’y remettrais pas les pieds, mais ignorant que cette seule et unique fois avait suffi pour que j’emporte avec moi un cadeau qui serait là pour la vie.

    Je fuis seule, m’installer en France, où je me dédiai à la pâtisserie officiellement et à la magie grâce à des grimoires à mes heures perdues. J’avais 17 ans, j’étais seule, j’étais terrifiée, mais j’étais surtout enceinte. Pas une seconde je ne songeai à m’en débarrasser. Cela devait être ainsi. Ma famille vint s’installer avec moi les deux mois qui suivirent l’accouchement, puis je m’en sortis seule pour le reste.
    Ma fille fut mon petit rayon de soleil à moi. Même quand j’étais terrorisée, que je me posais des questions, que j’avais peur, je pensais à elle et tout allait mieux. Je me battrais pour elle, je ferais tout pour elle. Ma petite sorcière dévoila ses pouvoirs à l’âge de 6 ans, lorsque je découvris que les pages de ses livres se tournaient seules. Moi qui avais fui le monde des sorciers… Je savais qu’elle devait le découvrir, qu’elle devait apprendre à le connaître et y être à son aise. Après tout, elle n’était pas la fille de n’importe qui.

    Je décidai alors de retourner en Angleterre et me voilà… Prête à affronter le passé, tout en espérant qu’il ne toquerait jamais à ma porte.




Description Hors Jeu :
¤Un p'tit Surnom ?ML
¤T'es quel age ?21
¤Comment as-tu connu le forum ?Bonne question
¤Tu viens d'où ?Chuisse
¤Quelque chose à rajouter ?Tagada tsoin tsoin
avatar
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Dawn +°+ Quand le passé vous rattrape   Mer 30 Nov - 22:02

+¤ Bienvenue Sur le Forum ¤+

Bon Vent Dans Le monde Des
Sorciers !
Et Que Ta Vie De Mortel Te Reste Douce...

+¤ Amuse toi bien ¤+
 

Dawn +°+ Quand le passé vous rattrape

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» Quand le passé nous tien...
» Que faites vous lorsqu'un jeu vous enerve
» Quand le Mektoub vous envoie un clin d’œil, saute sur l’occasion tel un lion !
» Le dernier film que vous avez vu
» Tu m'as manquée |ft Keenan




Page 1 sur 1

Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum

Outils de modération:
Poster un nouveau sujet