AccueilAccueil  MembresMembres  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

CARTE

Règlement
Contexte


WANTED

Fiche De Présentation
Tout Sur Les Membres


Postes Vacants & PNJ
CONTEXTE

Il était une fois, le monde des sorciers, l'école Poudlard...


Au temps des Maraudeurs...




 

 Pour qui on se prend ? [PV Esmeralda]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
avatar
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Pour qui on se prend ? [PV Esmeralda]   Jeu 11 Aoû - 23:22

Timothy entra dans le village, la tête haute comme toujours, la moindre des choses, et comme toujours il savourait sa supériorité. À l’instant celle ci était principalement de taille, puisqu’il chevauchait son cheval, un étalon costaud, capable de porter un homme en armure, la robe entièrement noire, une vraie merveille. Il faisait en sorte que les pouilleux de l’écurie le fasse reluire pour ce genre d’occasions, pour aller dans le bourg et voir le regard des paysans qui pourraient se dire que cette bête vaut plus cher que leur vie. Et qu’elle était en meilleure santé, et mieux nourrie, mieux soignée.

Cette première supériorité lui procurait déjà un grand plaisir. Mais la richesse n’était qu’une infime partie de pourquoi il était bien au dessus de tout le monde. Il s’approcha de la place du marché. Il n’était pas le seul noble venu ici. D’autres têtes se détachaient de la foule, sur d’autres bêtes. Parfois des chevaux plus élancés, parfois des plus faibles et malades. Ses serviteurs le suivaient, à pied.

Après un coup d’oeil sur le lieu, d’un air hautain, il daigna descendre de sa monture pour se mettre au niveau du bas peuple. Bien que l’idée de piétiner quelques gueux avec son cheval semblait attrayante, le marché se faisait à pied. De toute façon personne ne l’embêterait, et cela en raison d’une autre de ses supériorités. Contrairement à tous ces limaçons rampants, il détenait le pouvoir. Et pas seulement, car même parmi les magiciens il était un roi. Il était immortel.

Son père lui avait fait le cadeau de l’immortalité depuis des années. Il pouvait guérir instantanément de n’importe quelle maladie ou blessure, même les lépreux ne le faisaient pas reculer. Et chaque mois il aurait pu décimer toute la population de cette place en quelques secondes. D’ailleurs il avait probablement fait d’un frère, un père ou un mari de quelqu’un ici son diner un de ces soirs. Et il en était fier. Il était fort, il était impitoyable, il ne connaissait pas la pitié, il était le fils le plus âgé des McFly, son père était un puissant parmi les puissants. Il était un loup garou et il comptait bien devenir un jour l’alpha de la meute. Il était un noble, il était riche, il était un sorcier, il était immortel, il était puissant, et rien ni personne ne pouvait l’atteindre. Voilà comment se sentait Timothy alors qu’il fendait la foule, les paysans s’écartant sur son passage à la vue de son regard méprisant.

Il regardait les échoppes, ayant dans l’idée de trouver une fourrure. Une peau d’ours dans l’idée, parce que les loups étaient sacrés. Non seulement ça lui tiendrait chaud mais ça donnerait un air imposant. Il aurait pu chasser un ours lui même, mais quand il en avait l’occasion, la chasse au gueux restait son jeu préféré. Il marchait donc d’un pas royal quand quelqu’un eu l’audace de le bousculer. Il se tourna donc méchamment vers cet intrus à son espace vital et lui grogna au nez :

«Pour qui tu te prends le bouseux ?!»



Dernière édition par Timothy McFly le Jeu 11 Aoû - 23:30, édité 2 fois
avatar
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Pour qui on se prend ? [PV Esmeralda]   Jeu 11 Aoû - 23:26

Les mêmes refrains, elle n’y échappait jamais. Bon mari, bla bla bla, beaucoup de terres, bla bla
bla, excellente lignée, bla bla bla. Alors qu’on lui tressait les cheveux, la jeune fille semblait pouvoir
répéter par cœur le discours de sa nourrice. Elle lui ressortait le même pour chacun des candidats
qu’on lui présentait et pourtant aucun semblait en mesure de trouver grâce aux yeux de la belle
blonde. En premier lieu, parce que la grande majorité des prétendants semblait avoir au moins 10
ans de plus qu’elle, ou alors 10 ans de moins. Ensuite, elle détestait cette idée d’être un morceau de
viande qu’on échangeait contre plus de pouvoir ou plus d’argent. Son oncle était le roi d’Espagne, que
Diable !!! Comment donc croire qu’ils avaient besoin de plus ? Avait-elle réellement besoin d’apporter
d’avantage à sa lignée ? Elle se contenta donc de hocher la tête, faisant semblant d’approuver.

Les servantes passèrent alors à l’habillage, l’obligeant à s’accrocher de toute ses forces au lit à
baldaquin lorsqu’elles fermèrent son corsage. Dieu qu’elle haïssait ces engins de torture ! Elle était
mince, avait un joli corps, était-il réellement besoin de le compresser à ce point ? Elle prit une grande
inspiration, qui n’en était pas vraiment une vu la solidité de son corsage, et les laissa enfiler la jolie
robe violette avec laquelle elle se présenterait à son prochain candidat. Elle s’observa dans la glace,
satisfaite du résultat, comme toujours. Après tout, en Espagne ou en Angleterre, elle restait parmi les
plus jolies filles du royaume. Et ce dont les gens se doutaient hélas trop peu, c’est qu’elle savait déjà
parfaitement utiliser ce don du ciel.

Elle se tourna vers ses suivantes, d’un air nerveux parfaitement feint et les pria de la laisser seules,
car elle voulait formuler quelques prières pour s’assurer que cette fois-ci, il s’agisse du bon candidat.
Touchées et compréhensives, les femmes de chambre firent demi-tour et vaquèrent à d’autres
occupations, la laissant seule avec Dieu. Esmeralda retint un soupir. Vraiment, c’était trop facile. Elle
enfila une de ses lourdes capes et prit garde de bien cacher son visage avant de se faufiler hors du
château, aidée par une petite brise chanceuse qui fit tomber des vases avec force et fracas à l’autre
bout du château. Elle s’en alla alors dans le village et plus précisément au marché, une précieuse
bourse logée en sécurité dans son corsage, entre ses deux seins.

Elle était toujours fascinée par ce qu’elle y voyait. Tous ces gens d’origines différentes et pourtant qui
vivaient dans la même ville. Ils ne semblaient pas être faits de la même matière. Alors que certains
rayonnaient et étaient obligés de se cacher, comme elle, d’autres semblaient invisibles, ternes.
Comme s’ils risquaient de s’effacer au moindre coup de vent. Et il y avait aussi ce qu’ils faisaient. Oh,
comment pouvaient-ils donc marcher au milieu des rigoles, n’était-ce pas là où se trouvaient tous les
déchets des gens ? Et cette odeur, son petit nez en souffrait tant qu’elle ne pouvait s’empêcher de
mettre une main devant son nez. Même avec ça, les gens semblaient capables de sentir les fleurs et
divers artefacts ramenés par les marchands. N’était-ce pas infect ?

C’est alors qu’elle se concentrait sur un stand présentant d’adorables bijoux qu’elle se fit lourdement
bousculer par ce qui lui semblait être une puissante épaule. Elle dut se retenir à un passant pour
recouvrer son équilibre, ce qui lui fit faire une grimace de dégoût, heureusement bien cachée par le
capuchon de sa cape. Sans tarder, elle se retourna et de sa voix cristalline mais ferme, s’écria :

« Est-ce vraiment là des façons de parler à une demoiselle ?! »

Non mais vraiment, pour qui se prenait-il, ce malotru ? Ne savait-il pas à qui il s’adressait ? Et même,
ce n’étaient pas des manières, il devait être interdit de s’adresser de la sorte à qui que ce soit ! Mais à
une fille comme elle, cela mériterait la mort !!
avatar
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Pour qui on se prend ? [PV Esmeralda]   Jeu 11 Aoû - 23:31

Non seulement on se permettait de le bousculer, lui, Timothy McFly, connu et redouté de tous, mais en plus on se donnait la permission de répondre ?! Qui en ce lieu osait un tel affront ? Aurait il secoué l’épaule d’un prince ? D’un immortel ? Pas un loup garou, il l’aurait reconnu, pas un vampire on était un plein jour, seule une sirène trouverait l’audace de faire ça, ou une folle, puisqu’apparemment il avait choqué une donzelle.

Il tourna la tête pour regarder. Son visage était caché par son capuchon, mais à la voix et la corpulence elle était jeune, et ses vêtements laissaient deviner la lignée riche. Donc probablement une noble, mais sans pouvoir ni immortalité, elle n’était rien. Il répondit donc d’une voix dédaigneuse :

« Et pourrais je savoir qui a l’audace de marcher sur mon chemin, aussi demoiselle soit elle ? »


Non mais pour qui elle se prenait, bête morceau de viande ! Il serait vraiment temps que ces humains idiots apprennent le respect qu’ils doivent aux immortels. Quoi qu’il en soit celle ci serait son prochain repas, il ne supportait pas que quelqu’un lui tape sur les nerfs. Rien de tel pour se calmer que de chasser le mécréant. En plus ça faisait de l’exercice, ça entrainait les sens, et c’était très amusant. Et plus il devenait fort et agile en tant que loup, plus il pourrait prendre la place d’alpha quand il aurait quelques centaines d’années d’expérience, soit pas maintenant puisque pour ses paires il était encore un louveteau. Mais tout louveteau qu’il soit, un McFly n’est pas à laisser de côté. Sa famille produisait des chefs de meute depuis la nuit des temps, et les meilleurs chasseurs de la troupe. Un McFly faible ne survivait simplement pas. Voilà qui ajoutait encore plus à sa fierté. Contrairement à ses ainés il avait su être assez résistant pour survivre toutes ces années et pour recevoir enfin la morsure. Il était l’héritier, il était fier comme un coq. Son grand avenir s’ouvrait à lui, bien plus grand que cette querelle qui finirait dans le sang comme tout affront à sa personne. Qu’on se le dise, on s’écarte sur le chemin de Timothy.
avatar
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Pour qui on se prend ? [PV Esmeralda]   Jeu 11 Aoû - 23:34

Ce ton, cette voix, ce regard. Si elle n’était pas autant au courant de la peur de la magie qui subsiste, elle aurait probablement vite fait de le changer en glaçon et lui apprendre sa leçon. On ne parle pas de la sorte à Esmeralda Pearson, fille du comte de Devon ! Le fait qu’il ne le sache pas n’était guère une excuse, après tout, il est facile de deviner son rang et sa richesse à ses vêtements, soigneusement coupés. Sous sa cape qui la cachait comme il fallait, elle porta une main au pommeau de la petite dague qu’elle avait attachée à sa taille. Son frère avait toujours tenu à ce qu’elle soit prête à parer à toute attaque à la manière du commun des mortels et si cet homme osait ne serait-ce que lever le petit doigt sur elle, elle le tuerait sans aucune hésitation, quitte à se salir !!! D’un mouvement calme, elle ôta sa capuche, dévoilant sa chevelure blonde et son joli visage, ce qui produisait généralement son effet. Elle comptait toujours dessus.

« Je suis Esmeralda Pearson et j’exige que vous vous excusiez comme il se doit.»

Annonça-t-elle la tête haute. Elle le regarda dans les yeux, pouvant enfin tranquillement observer le garçon face à elle. Il ne devait pas être beaucoup plus vieux qu’elle et il avait certains atouts. Sans doute aurait-il pu paraître charmant, s’il n’avait cette expression de suffisance qui semblait déformer ses traits. Ainsi c’était un garçon pareil qui se permettait de la bousculer ? Certes, il avait l’air plutôt riche aussi et de noble lignée à en croire toute sa suite, mais elle s’évertuait à croire que cela ne suffisait pas. Pour mériter le respect de la jeune Esmeralda, il fallait bien plus que de l’argent et du mérite. Elle croyait au courage, à la vertu, elle croyait que tout homme devait avoir fait ses preuves en tant qu’être humain.

Qu’en était-il d’elle me demanderez-vous ? Eh bien elle les faisait constamment, en offrant ses robes usagées à ses servantes. Après tout, ne serait-ce qu’elle les revendant elles pourraient toucher un petit pactole qui pourrait leur permettre de tenir toute une année. Mais cet homme, face à elle, elle le devinait incapable de quoi que ce soit. Aussi facilement que ça, il fut décidé pour elle qu’elle passerait sa vie à le haïr. D’un seul regard, d’une seule bousculade et malgré l’attrait physique qu’il pouvait présenter, il serait à présent son ennemi et dès qu’elle saurait son nom, elle le rapporterait au château pour le faire connaître et qu’on le châtie de son affront, lui et toute sa famille ! Cela montrerait en Angleterre de quelle bois se chauffe une princesse espagnole et plus jamais on n’oserait lever la voix sur elle. C’est ce grand nombre de pensées qui traversaient son cerveau alors qu’elle le regardait, hautaine malgré sa tête de moins, fixant ses yeux bleu azur dans les yeux verts de son nouvel ennemi.
avatar
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Pour qui on se prend ? [PV Esmeralda]   Jeu 11 Aoû - 23:35

Bien qu’il ne le vît pas, il devina qu’elle portait la main vers sa dague. Il eu une envie terrible d’éclater de rire. C’était comme attaquer un ours avec un bout de charbon… Complètement inutile et absolument hilarant ! Comme si ce pic à viande pouvait lui faire quoi que ce soit ! Il serait guérit avant même d’avoir dit ouf, et elle aurait déjà reçu une correction adéquate. Si le couteau avait été en argent à la limite. Mais pour trouver une lame en argent, il fallait être plus riche que le roi.

Il ne put néanmoins s’empêcher de la regarder sans son capuchon. Elle était très belle, ses cheveux blonds cascadaient sur ses épaules et ses yeux bleus étaient aussi beaux et froids que la glace. Trop bête qu’elle n’ait pas été un membre de sa communauté, il en aurait fait sa compagne sur l’heure ! Une si belle femme, enfin une beauté à sa hauteur. Mais pas question qu’il traine avec une non-louve, il valait mieux que ça. Il était quand même Timothy McFly ! Il était maintenant immortel, alors il aurait le temps de voir apparaître une femme à sa mesure.

Le nom le fit tiquer en revanche. Pearson… En bon noble il connaissait la plupart des titres importants du royaume. Pearson était le nom du comte de Devon. Mauvais de ce côté, car son père n’était que baron, et pas des plus grands. Mais peut importe, n’importe quel duc ou prince mortel n’était pas à sa hauteur, il suffisait juste de savoir se faire respecter.

« Pearson comme le Comte de Devon ? Je suis Timothy McFly, futur Baron d’Iverness »

Aucune excuse, juste une mise au point. Après tout, il était un homme, et elle juste une demoiselle égarée. Dieu seul savait ce qu’elle venait faire ici. En tout cas il était clair qu’elle ne le resterait pas longtemps. Il en ferait son casse croute et… À moins que… Pearson… C’était également un clan de l’eau non ? Il ne se rappelait pas, il y avait tant de familles importantes. Mais Pearson, il lui semblait que ces rats étaient bien des sorciers. Fichtre, sa vengeance tombait donc à l’eau, aucun moyen de dévorer un magicien, la loi l’en empêchait. Il grogna de frustration. Tant pis pour la punition, il restait un immortel et elle une misérable petit sorcière de la pluie. Son feu éternel brulerait bien longtemps après elle. Et il s’amuserait à faire de sa courte et misérable vie un enfer ! Avec un peu de chance elle finirait par faire un feu de joie sur un bucher.
avatar
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Pour qui on se prend ? [PV Esmeralda]   Jeu 11 Aoû - 23:37

Ce regard, elle l’avait trop vu, dans trop d’yeux masculins. Moqueur, comme si, en tant que femme, elle était incapable de faire quoi que ce soit de sa vie. Elle devait se contenter d’apprendre à coudre des jolies choses pour son époux et peut-être jouer d’un instrument, dans tous les cas, juste se contenter de l’entretenir. Dans son cas, elle avait même droit au supplément quant à comment satisfaire un homme : « Il s’agit de lui donner tout ce qu’il demande pour qu’il n’aille pas vous faire des bâtards à droite et à gauche Mademoiselle, c’est tout ! » Oui, c’est tout. Apprenez donc simplement à coucher et à coudre, cela fera de vous une femme parfaite ! Mais son frère avait plus d’espoirs en elle et avait décidé de lui apprendre à se défendre à l’épée et à la dague, qu’elle maniait comme n’importe quel homme digne de ce nom. Pourtant, alors même qu’elle aurait probablement battu une partie de sa garde, son père continuait à dire que c’était d’une grande stupidité et que son frère ne devait pas encourager de pareils comportements. Pourtant rien ne lui faisait plus plaisir que de voir en sa sœur une femme forte capable de se dresser contre ceux qui voudraient la nuire. Et elle le ferait à l’instant même s’il lui en donnait une bonne raison. Et elle ne tarda pas…

Mais dégainer la première serait simplement une sottise, vu le nombre de domestiques qu’il avait autour. Avait-il donc si peur de se promener seul dans les rues ? Avait-il besoin de tant de personnes pour l’aider à porter sa bourse ? Pfff, ce qu’elle avait face à elle ne pouvait être qu’une piètre excuse pour un homme. Les vrais hommes sortent seuls, font preuve de plus de courage que ce gringalet face à elle. Elle laissa un petit sourire moqueur fleurir sur ses lèvres et tendit sa main.


« Eh bien, Monsieur le futur Baron d’Iverness… Ne devriez vous pas saluer comme il faut une future comtesse ? Vous ne voudriez pas m’offenser, tout de même ? »

Ce ne serait pas un mouvement intelligent à faire, parce que de manière générale, les choses étaient mal parties si un Baron désobéissait à un Comte et surtout si elle faisait intervenir toute sa famille. Les grandes familles n’en donnaient pas l’air vu le nombre d’intrigues internes, mais elles restaient soudées et son très cher oncle était fou d’elle depuis qu’elle était toute petite, lui-même n’ayant jamais eu de fille. Alors elle était sa préférée et il ne faisait aucun doute à ses yeux qu’il aurait pu enclencher une guerre si le moindre de ses cheveux était touché. Son sourire hautain, elle le regardait, attendant qu’il mette un genou à terre pour lui faire un baise-main, saluant correctement le rang face à lui plutôt que la personne. S’il ne s’agissait que de la personne, elle aurait préféré qu’il fasse simplement demi-tour et s’en aille au loin.
avatar
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Pour qui on se prend ? [PV Esmeralda]   Jeu 11 Aoû - 23:40

Il retint un feulement de rage. Quoi cette sale garce allait vraiment le faire s’agenouiller ?! Devant tous ces gueux qu’ils dressaient depuis des années à avoir peur de lui ? Se ridiculiser de la sorte, il bouillonnait intérieurement. Mais le protocole était ce qu’il était, et malgré les pouvoirs, malgré la maitrise du feu et de l’immortalité, il ne pouvait pas échapper aux lois de la hiérarchie. Un baron doit le respect à un comte s’il tient à son titre. Elle ne perdait rien pour attendre, si elle croyait s’en sortir ainsi, elle pouvait y repenser. Personne n’était supérieur à lui ! Il trouverait bien une façon de le montrer, quoi que rien que le fait qu’il soit un homme semblait déjà suffisant. Il lui lança donc un regard noir et sourit de façon malsaine.

« Loin de moi cette idée, potentielle comtesse… Mes hommages à votre père, Dieu le garde, on ne sait jamais ce qu’il pourrait arriver… »

Il mit le genou à terre, le choix n’étant pas une option. Ça le répugnait de toucher ce sol dégoutant avec ses vêtements hors de prix. Il les ferait laver dès son retour. Il était très minutieux à ce sujet, pas parce qu’il avait peur de tomber malade, mais parce que l’odeur des porcs était pour les bêtes et les paysans, pas pour les gens de son rang. Il prit sa main et l’embrassa rapidement, se relevant aussitôt. Son regard était toujours aussi méprisant.

« Vous devriez faire attention où vous marchez, vous pourriez faire un mauvais pas, une si charmante jeune femme, ce serait dommage… »


Il espérait qu’elle allait s’en aller maintenant, et qu’il allait pouvoir reprendre ses achats et sa démonstration de domination tranquille. Ce n’était pas souvent qu’on était dérangé par les grandes castes.
avatar
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Pour qui on se prend ? [PV Esmeralda]   Jeu 11 Aoû - 23:42

Elle regarda les expressions changer sur son visage avec une étonnante satisfaction. Cela lui ressemblait peu. Malgré son caractère hautain et sûre d’elle, elle tendait de manière générale à faire en sorte que les nobles inférieurs ne se sentent pas trop embarrassés par le protocole. Evidemment, elle ne leur permettrait jamais de la toucher – quelle horreur !- mais elle pouvait se permettre quelques écarts qui n’existeront de façon certaine pas face à l’homme en face d’elle. D’ailleurs, s’ils étaient dans un endroit plus privé, elle lui aurait probablement déjà réglé son compte après tant d’incartades. Elle se contenta de hausser un sourcil lorsqu’il proféra cette bénédiction sur son père. Il n’avait pas besoin de tout cela, en tant que grand mage de l’eau, il n’avait aucun problème à se surveiller et se sauver des situations les plus difficiles. Cette connaissance n’était néanmoins pas à la portée de tout le monde, alors elle fit un petit sourire condescendant, absolument pas impressionnée par son regard tueur et son sourire. S’il croyait l’avoir avec ça ! Peut-être ne dégageait-elle pas l’apparence la plus solide qui soit, avec son corps si fin et joliment dessiné, mais elle était une vraie tigresse, le genre de femme auxquelles on ne veut pas se frotter et il le comprendrait bien vite s’il continuait sur cette voie.

« Je vous remercie, je n’hésiterai pas à le transmettre. J’espère simplement ne pas oublier votre nom d’ici ce soir…»

Ce qui était faux, elle se souviendrait de son nom pour être certaine de le rayer de toutes les réceptions auxquelles il pourrait être invité ou plus simplement s’assurer qu’il ne recroise pas sa route. Mais cela, il ne devait pas le savoir. Ce qu’il devait savoir, c’était simplement à quel point il ne représentait rien pour elle, à quel point il était si insignifiant par rapport à la vie qu’elle pouvait mener. Finalement qu’il n’était rien et qu’elle lui était supérieure. Ses parents auraient probablement du le nommer Narcisse. Tiens, était-ce peut-être son nom ? Elle eut un élan de pitié qui dura quelques instants lorsqu’elle vit son pauvre genou mouillé, trempé dans les résidus de sang, urine et autres liquides qui pouvaient bien se trouver là, mais cela disparut bien vite lorsqu’elle l’entendit parler.

Son regard se fit à présent non seulement hautain et moqueur, mais également noir. Du genre qui disait qu’il n’avait pas intérêt à la menacer, parce que c’était pour lui que cela risquait de mal se finir et elle n’hésiterait pas à commencer une petite punition dès l’instant même. Evidemment, son regard noir disparut rapidement pour prendre un air innocent. Elle allait l’avoir à son propre jeu, parce que c’était le genre de choses qu’elle faisait.

« Oh, vous ne croyez pas si bien dire, Mr McFly. Il se trouve que je ne pensais faire qu’un petit tour et… De fil en aiguille, je me suis égarée. Je suppose que cela ne vous dérangerait pas trop de faire un petit détour par le domaine Archer pour me ramener ? Je suis si lasse… »

Elle jouait vraiment bien son coup, le petit air embêté de circonstance et le regard clair sur le cheval. Elle était une demoiselle, en tant que telle, il n’aurait pas du la faire marcher. Au contraire, il devrait avoir l’obligeance de lui céder au moins le meilleur cheval, mais comme elle était une femme, elle n’était pas censée savoir le diriger seule. Donc il devrait l’aider et personnellement, vu qu’elle lui avait demandé la faveur à lui.
avatar
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Pour qui on se prend ? [PV Esmeralda]   Jeu 11 Aoû - 23:46

Dieu du ciel il la haïssait un peu plus à chaque seconde qui passait ! Non seulement elle l’avait fait se ridiculiser en public, mais elle demandait plus ?! Oublier son nom ?? Mais quelle petite peste ! Personne n’oubliait son nom !! Il veillait à ce que ce soit bien le cas ! Pour qui elle se prenait, miss la comtesse de je ne sais quoi, avec ses grands airs… Attends un peu, une fois mariée tu riras moins. Autant dire qu’il était blessé à mort et furieux envers elle. Il n’avait plus qu’une hâte c’était rentrer et frapper quelques gueux pour rehausser son estime de soi. Elle se croyait supérieure, mais elle mourrait à 30 ans tandis que lui pourra aller danser sur sa tombe.

Malheureusement pour lui, cette peste n’avait pas fini de s’amuser de son rang supérieur. Encore une qui mériterait d’épouser un valet pour redescendre un peu sur terre. Faire un détour ? Passer plus de temps avec cette allumeuse hautaine ? Rien que d’y penser il en avait des boutons ! Cette sale petite sorcière de bas étage, poser son arrière train puant sur la selle de SON cheval ?? Pwah ! Il allait falloir qu’il la fasse récurer ensuite… Il soupira.

« Mais ce serait avec plaisir future peut être potentielle comtesse »


Il siffla un de ses domestiques et lui ordonna sèchement de préparer son cheval à repartir. Au moins quelqu’un qui savait s’écraser et se rendre utile.

« Si vous voulez bien vous donner la peine de me suivre, je me ferai une joie de vous reconduire. Il faut faire attention quand on n’a pas trop le sens de l’orientation »


Il détestait ce protocole stupide qui le forçait à être aux petits soins. Jamais on ne l’avait traité de la sorte, lui !! Dès qu’ils seraient hors de ce protocole, elle en baverait ! Il lui présenta son cheval :

« Il est un peu fougueux, tenez vous bien »


Il l’était en fait plutôt rarement mais il ferait en sorte de se rendre nerveux pour la bousculer lors du passage. Il prit les reines, prêt à marcher jusqu’au château heureusement voisin. Lui ! Marcher ! Quelle honte ! Il ravala sa fierté le temps qu’elle ait finit de jouer
avatar
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Pour qui on se prend ? [PV Esmeralda]   Jeu 11 Aoû - 23:59

Sous ses dehors indifférents et parfaitement calmes, elle était en réalité folle de joie. Cet homme était transparent, on lisait sur son visage comme sur un livre ouvert, et elle lisait que la haine qu’elle ressentait envers lui était parfaitement réciproque. Elle obtenait toujours ce qu’elle voulait, peu importe ce dont il s’agissait. En l’espèce, elle voulait juste ennuyer ce jeune homme autant que cela était possible et elle poursuivrait jusqu’au bout. Il enrageait qu’elle puisse ne pas reconnaître sa supériorité, sa puissance. Il enrageait de la voir ainsi piétiner tout son amour propre. C’était exactement ce qu’elle voulait. Remettre ce jeune homme à sa place. Mais pour qui se prenait-il pour s’adresser de la sorte à une femme dont le rang est bien supérieur au sien ? Il pouvait très bien être une célébrité locale, mais rien ne lui permettait de se comporter comme il l’avait fait. D’ailleurs, si elle n’était pas aussi complaisante, elle aurait également pu décider sur un coup de tête de lui faire payer ce ton et ce regard méprisants. Mais peut-être devait elle en rester là, espérant que la prochaine fois, il serait assez sage pour mieux se contrôler.

Et c’était quoi cette manie, de remettre en doute son titre de noblesse ? Ok, elle ne serait pas la Comtesse de Devon, vu qu’il y avait Cyprian, son frère ainé, mais elle restait une Princesse d’Espagne, quoi qu’on en dise. Et de plus, sa famille s’est promise de ne pas la marier à moins qu’un Comte, sans quoi l’alliance n’aurait finalement que trop peu de sens. Le cas de son père était exceptionnel, il était immensément riche et le roi avait besoin de ces fonds pour mener une guerre, alors il autorisa le mariage de sa sœur et du Comte. Elle fit un petit sourire.

« Vous faites tant de manières pour ce titre, si le titre de Comtesse ne vous satisfait pas, vous pouvez vous contenter de Princesse. Après tout, celui là est assuré. »

Oui, encore asseoir sa supériorité écrasante quant au rang, pour qu’il cesse enfin de la remettre en question. Aidée des domestiques, elle monta sur le cheval, sa cape tirée en arrière, dévoilant complètement sa robe et son corps. Elle se tenait droite, ayant vraiment un port princier, ce qui mettant en valeur sa jolie poitrine, remontée par le corsage. Les jolis grains de beauté repartis ça et là sur son buste ne donnaient souvent qu’une envie, c’était de voir jusqu’où ils allaient et les domestiques en profitaient. Ce jour là, comme elle devait rencontrer un certain Duc, elles avaient fait exprès de mettre tous les atouts de la jeune femme en valeur, sa taille gracile, ses jolies courbes et sa chevelure dorée. Elle se tint à son cheval à son conseil et caressa sa crinière.

« Ne vous faites pas de souci pour cela, les animaux m’aiment plutôt bien… Le votre n’y fait pas exception. »

Et en effet, sa mère, dépourvue de pouvoirs magiques, lui avait un jour appris qu’il était facile de se faire aimer par les animaux, lorsqu’on gardait son calme et qu’on faisait juste sentir qu’on les aimait. Cela marchait du tonnerre, puisque le cheval était très calme, semblant également apprécier la personne sur elle, sans aucun problème. Elle regarda devant elle, amusée par cet homme qui n’avait à première vue pas l’habitude de marcher, puisqu’une bouse s’étendait juste devant lui.

« Oh, Mr McFly, peut-être devriez vous faire plus attention ! De si jolies bottes ne devraient pas finir dans les déchets, regardez donc où vous posez les pieds ! »
avatar
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Pour qui on se prend ? [PV Esmeralda]   Ven 12 Aoû - 0:30

Jamais au grand jamais on ne l’avait traité comme ça ! Ici tout le monde savait qui il était, et même si le titre de baron était insuffisant, le titre d’ainé des McFly et loup garou suffisait à se faire respecter de beaucoup. Même les inquisiteurs évitaient cette famille, ils savaient que condamner un McFly c’était se condamner à une mort certaine et douloureuse. Personne ne jouait avec lui !! Quelques vampires ou sorcières pouvaient faire les malins mais les premiers étaient bien cachés durant la journée, les secondes faisaient trempette, non il était le vrai seigneur de ces lieux. Même les Archer qui régnaient sur le village, soyons sérieux, ils ne lui arrivaient pas à la cheville ! Qu’est ce que James Archer aurait pu faire face à Timothy McFly, l’immortel ! Se transformer en squelette ? Ooouuh ça faisait peur ! Bref, il fulminait de rage de ne pouvoir affirmer sur place publique ses pouvoirs pour la remettre à sa place. Un secret est un secret et même s’il ne l’est pas vraiment ici, ne disons pas tout au premier venu.

Non contente de l’humilier, il fallait qu’elle s’affirme Princesse. Oui, cette garce devait être liée à la famille royale espagnole. On était bien loin de l’Espagne pourtant. Donc une Princesse qui venait chercher le damoiseau et se payer la tête des fanfarons. Quelle chance il avait eu ! Il aurait du aller la chasser lui même cette peau d’ours finalement. Il allait le faire d’ailleurs puisque sa partie de shopping était terminée.

« Au temps pour moi, Princesse »


Il était au sol, ça ne l’empêchait pas de soutenir son regard. Seuls les domestiques baissaient les yeux. D’ailleurs les siens ne s’avisaient pas de regarder leur maitre, pour une fois à leur niveau. Il ne se détachait pas de son air méprisant, bien que la fille présentait tous les caractères de beauté possible. Très belle, blonde, fine, et son corsage appelait à la tendresse. En tout cas venant de lui elle pouvait se brosser. Pas qu’elle daigne toucher à un baron mademoiselle la Princesse ! Mais qu’’elle aille se faire tripoter par le duc du trou de mes miches !

Il avança, tirant d’un coup sec sur les rênes pour la déséquilibrer. Marcher dans la fange avec les serviteurs, pwah ! Il fit un écart pour éviter de salir ses bottes, qui en effet étaient magnifiques, et faites pour monter à cheval et non marcher. Baisser les yeux pour regarder où il marche, une humiliation de plus ! Il accéléra le pas pour se dépêcher de vite arriver au château. Elle n’avait qu’à s’accrocher à son égo pour ne pas tomber !

« Je m’y applique, Princesse. Sans indiscrétion, vous comptez séduire le jeune Archer ? Vous me semblez bien apprêtée »
avatar
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Pour qui on se prend ? [PV Esmeralda]   Ven 12 Aoû - 0:55

Pouvait-elle faire pire ? Il était déjà là, à marcher dans le marché, se mêlant aux autres… Et quand elle pensait aux autres, elle ne pensait évidemment qu’à la populace, celle qui ne se lavait pas, celle qui était si malade que son espérance de vie ne dépassait même pas les 30 ans, celle où on se damnerait pour ne serait-ce qu’être le mouchoir de ce jeune homme, parce qu’alors on aurait le repas assuré pendant quelques bonnes et longues semaines. Ils se retournaient sur leur passage, surpris de la situation où ils se trouvaient. Un seigneur, ainsi aprêté et aussi énervé, tirant une femme aussi belle qu’elle, qui semblait trôner ainsi sur ce cheval, ce n’était pas courant. De plus, le sourire radieux de la demoiselle, mis à côté de l’air bougon du jeune homme faisait que si un choix devait être fait, il le serait rapidement. Elle charmait les gens avec sa beauté et son sourire, bien que cette joie n’était aucunement saine, puisque causée par le malheur du dénommé Timothy.

Il avait été rabaissé de son estrade et il le méritait. A son regard méprisant, encore ancré sur le sien, elle répondait juste par un joli sourire. Il pensait vraiment qu’il pouvait l’atteindre ? Loin de là. Une princesse telle qu’elle ne se laissait pas si facilement désarçonner, au contraire… S’il entendait ce qu’il lui arrivait parfois d’entendre en tant que femme non encore mariée, il rougirait des orteils à la pointe des cheveux. Les hommes la courtisaient comme il pouvaient, mais ils n’étaient pas doués, finissant souvent par sortir les plus grandes absurdités et lui manquer de la sorte de respect. Alors la colère de la demoiselle semblait friser l’hystérie et son frère intervenait, reconduisant le malotru, le prévenant qu’une approche de plus et il serait décapité, purement et simplement. Les regards sur son corps, elle en avait l’habitude et avait bien évidemment constaté le regard de Timothy se perdre dans ses atours. Il semblait encore plus énervé, mais était-ce possible ?
Elle s’accrocha à la crinière du cheval, répondant aux secousses par des mouvements de hanches agiles qui lui permettaient de suivre ainsi le rythme du cheval sans trop de problèmes, parvenant à garder son équilibre et se rendre encore plus attirante si c’était possible. Elle rit à la remarque du jeune homme.


« En premier lieu, merci du compliment, mais ce n’est qu’une de mes toilettes fréquentes. En second lieu, James est mon cousin, alors malgré la qualité de parti qu’il représente, je n’ai aucune intention de le séduire. »

Car oui, n’avait-il pas dit qu’elle était bien apprêtée ? Lui qui semblait éprouver tant de dédain à son égard, lui avait fait un joli compliment. Et même si on pouvait se dire qu’il n’en allait pas ainsi, elle ferait bien en sorte de lui faire comprendre que c’est comme cela qu’elle l’avait compris : comme un compliment venant de sa jolie bouche. Elle remarqua alors un stand de fruits, et eut une idée supplémentaire.

« Attendez mon brave !! »

Elle fouilla dans son corsage pour retirer la petite bourse remplie d’argent et la lui lança.

« Je meurs de faim, pourriez-vous faire un petit saut chez ce marchand et m’acheter une pomme ? »

Elle ne se départait pas de son sourire, au contraire. Et elle prenait un air si innocent qu’il semblait impossible de prendre cela pour une tentative de l’humilier davantage. Elle avait sincèrement faim et elle n’allait pas descendre de ce cheval à nouveau, tout de même.
avatar
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Pour qui on se prend ? [PV Esmeralda]   Ven 12 Aoû - 0:58

Heureusement qu’ils sortaient du lot, et que ces péquenauds savaient qu’il ne valait mieux pas s’approcher. Il ne voulait pas qu’un de ces paysans répugnants le touche ! Déjà qu’il allait devoir se laver longuement pour se décrasser suite à cette sortie ! Et dans l’eau gelée bien entendu ! Un vrai bonheur… Mais que pouvait il faire ? Une comtesse, Princesse d’Espagne, le protocole était ainsi fait. Et il enrageait de devoir être ainsi traité en serviteur ! Si elle pensait lui donner une leçon elle pouvait penser encore, personne ne lui donnait de leçon qu’il n’ait décidé de recevoir !!

Ainsi la demoiselle était la cousine d’Archer. Le petit seigneur du coin, un bête sorcier tout au plus. Une famille de maitrise de la terre, tellement trivial. Alors qu’en maitrisant le feu on acquérait tellement plus de puissance ! Si seulement on lui avait donné le pouvoir de James, lui en aurait fait quelque chose de grand ! Il ne serait pas resté comme un pacha dans son château à recueillir des fils de paysans sur les buchers ! Vraiment, les gens ne savaient pas suivre ce que leur rang leur ordonnait. Quoi qu’Esmeralda elle, savait bien en profiter. Tant mieux, elle apprendrait à Archer à être un peu plus viril. Enfin après tout il s’en fichait royalement.

Il était toujours décidé à ne pas baisser les yeux, et il devait bien avouer que la vision de la jeune femme remuant des hanches sur le cheval était… Pas désagréable… Et puis c’était lui manquer de respect que d’oser cette observation lascive non ? Alors il n’allait pas se gêner ! Il s’arrêta sur son ordre, en soupirant. Mon brave ?? Non mais elle tenait ça d’ou ?! Il n’était pas n’importe quel serviteur acheté sur un marché !! Il attrapa sa bourse, jetant un regard à son décolleté en souriant au passage. Et puis quoi encore ? Un massage des pieds ?

« Bien entendu »

Il fit un signe à un de ses serviteurs qui suivait derrière.

« Toi ! Fais ce que la Princesse réclame ! »

Il lui jeta la bourse au nez et le poussa violement vers le marchand. Mmh ça faisait du bien d’avoir quand même le pouvoir. Elle ne croyait quand même pas qu’il allait s’abaisser à monnayer avec ces rats ! Il attendit que le serf revienne et lui reprit la bourse des mains ainsi que la pomme, et le congédia d’un coup de pied au train. Il tendit ensuite ses affaires à la jeune femme. Il ajouta d’un ton las :

« Pouvons nous repartir ou votre Altesse désire-t-elle encore autre chose ? »

avatar
Voir le profil de l'utilisateur

MessageSujet: Re: Pour qui on se prend ? [PV Esmeralda]   Ven 12 Aoû - 1:01

S’il pensait la contrarier avec ses regards, il se trompait ! Elle aimait se mettre en valeur, faire de son corps un atout que les hommes observaient avec une envie certaine. Il n’était d’ailleurs pas rare de la voir parfois dévoiler une cheville « par inadvertance ». C’était fou le pouvoir que cela avait sur un homme, son regard changeait, son attitude aussi. Il ne semblait alors plus réfléchir avec son cerveau, mais simplement avec son organe, prêt à tout pour satisfaire le moindre de ses besoins. Mais n’allez pas vous tromper, elle n’avait jamais offert ses charmes à qui que ce soit ! Elle respectait les exigences de sa religion et ses rapports se limitaient à quelques baisers chastes avec un poète dont elle avait cru être amoureuse en Espagne. Elle restait toujours dans la limite du correct, se contentant d’obtenir simplement ce qu’elle voulait, pouvait-on l’en blâmer ? Et à avouer toute la vérité, cela ne la dérangeait pas non plus de profiter de la vue agréable d’un torse masculin.

Elle ne s’en privait d’ailleurs pas, lorsque son frère l’entraînait encore à combattre à l’épée, tirer à l’arc et monter à cheval, il le faisait en compagnie des hommes de sa garnison, qui sous le soleil de l’été se débarrassaient parfois de leurs chemises et terminaient la journée par un bain dans la rivière. Elle ne s’abaissait tout de même pas à cela, mais suivait bien souvent. Elle était toujours intriguée par ce qui pouvait se cacher sous le bas de ces jeunes hommes, mais ne pousserait jamais le bouchon jusqu’à regarder. Enfin, sauf avec son époux. A condition qu’il soit doux. Elle retint un frémissement de peur et reprit ses affaires avec un grand sourire.

« Merci, Mr. McFly, vous êtes très aimable. »

Elle regarda la pomme d’un air plutôt déçu, marquant quelques secondes de réflexion.

« A la vérité, Monsieur, j’ai encore une dernière faveur à vous demander. Accepterez vous de me prêter votre mouchoir pour que je puisse nettoyer cette pomme ? »

Oh, ce n’était plus grand-chose au stade où ils en étaient. D’autant plus que l’amour-propre de Timothy était assez bas comme pour qu’il le reporte sur n’importe quel serviteur qui aurait l’audace de ne serait-ce qu’obéir à ses ordres. Elle doutait qu’elle puisse encore faire quoi que ce soit, la situation étant déjà bien pitoyable pour lui. C’est alors qu’elle remarqua au coin de la rue ce qu’elle ne souhaitait pas voir. Ses domestiques semblaient la chercher et dans la mesure du possible, elle ne voulait pas être trouvée avant son retour au château. Elle referma brusquement sa cape et rabattit sa capuche sur sa tête. Et il ferait mieux de ne pas se risquer à une quelconque remarque, parce que sinon, elle raconterait qu’il l’avait enlevée. Et elle n’hésiterait pas, si ça pouvait sauver sa propre peau et lui permettre encore des escapades.

« Continuons donc, Monsieur. »
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Pour qui on se prend ? [PV Esmeralda]   

 

Pour qui on se prend ? [PV Esmeralda]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» Poèsie d'un idiot
» [Discussion:] Suicide squad
» Ankama me prend pour une super héros !
» demande conseille hornet prend des tours
» Délais anormal pour obtenir badge rouge agent de trafic




Page 1 sur 1

Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum

Outils de modération:
Poster un nouveau sujet